Son histoire

 

 

Le Musée du Travail Charles Peyre installé dans le dernier bâtiment subsistant de la ferme seigneuriale construite au XVIIe siècle a été inauguré le 5 février 1983 et inscrit au titre de la protection des Monuments historiques par arrêté du 3 avril 1984. Construite à la même époque que la Maison de Bourlon (ou Petit Château) vers 1635, la ferme avait traversé trois siècles d’histoire sans trop d’encombre, malgré les révolutions et les occupations étrangères. Progressivement démantelée après la seconde guerre mondiale, elle faillit totalement disparaître avant que le dernier bâtiment restant ne fut acquis par la Ville de Montfermeil en 1977. Restauré, il a été confié au Vieux Montfermeil pour que soient installés et exposés les outils récupérés et restaurés par les animateurs de l’association. Depuis sa création, des bénévoles animés du même état d’esprit, ont relevé le défi d’entretenir et de présenter les collections dont le Vieux Montfermeil est le dépositaire, afin de conserver la mémoire du travail manuel. Véritable éventail des diverses activités d’un village au début du XXe siècle, constamment enrichies, les collections comptent environ six mille outils et représentent plus de soixante-dix métiers.

 

 

 

La ferme encore dans son intégralité en 1944 et le musée du travail en 2013 où seule subsiste l'aile est de l'ancienne ferme.

 

 

L'histoire de la ferme du château et du musée du travail a fait l'objet d'un numéro hors série du Vieux Montfermeil et sa région disponible auprès de l'association.

 

 

 

Le musée en 2013 - Salle de l'agriculture au rez-de-chaussée et salle de l'artisanat à l'étage.

 

 

 



Réagir


CAPTCHA